"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

samedi 29 décembre 2012

IN MEMORIAM GOUPIL



« UN JOUR VIENDRONT DES JEUNES … »

Faisant face à l’île Seguin en friche, je vacille, bras ballants. Les usines Renault qui chevauchaient la Seine et dont le corps principal couvrait l’Île Seguin  ont été démolies en 2004, seules n’en subsistent que le fronton est -où se trouvaient les bureaux de la direction- et la porte au bout du Pont Daydé. Razibus ce qui fût la plus grande usine d’Europe et l’objet des pires fantasmes hâbleurs des staliniens. J’ai été embauché à Boulogne-Billancourt par EDF en 1969, à un crachat de moineau,  et j’ai donc travaillé autour de cette zone industrielle, via Issy et Clamart, pendant très longtemps. L’usine rayonnait sur la région parisienne. J’ai raconté comment nous les petits bourgeois du lycée Buffon étions fascinés à la fois par la forteresse Renault et par les hautes murailles de l’usine Citroën Quai Javel. En observant l’île Seguin désolée, livrée aux broussailles et à la bave des promoteurs immobiliers, je ne peux pas ne pas repenser à ces milliers et milliers qui ont gâché leur vie là-dedans : le père de Jean-Pierre Hébert, mon beau-frère Jean-Claude qui travaillait aux côtés de Daniel Mothé, et ma sœur ouvrière d’usine aussi, tous ces « clients » ouvriers dans ce bagne, souvent travailleurs immigrés mal logés, que j’ai brièvement connus, et surtout, je pense à mon ami André Claisse, qui a terminé sa carrière agent de maîtrise dans cette usine rasée de la surface terrestre par des bulldozers capitalistes alors qu’il avait lui-même sans doute rêvé que le boulot soit accompli par des bulldozers « communistes ». J’ai oublié pour ma part toutes ces années passées à distribuer au moins une fois par mois des tracts à l’entrée place Nationale, appelant, et en vain, les bleus aux doigts coupés à se saisir du drapeau fragile de la Révolution prolétarienne. J’avais projeté de d’interviewer  Goupil devant cette île alors que l’usine ilotière n’était pas encore un vulgaire champ de ruines, mais la maladie et le facteur temps ont eu raison de cette mise en scène. Je l’ai interviewé chez lui près d’Auxon en 2005, et la cassette vidéo est disponible à l’institut d’Amsterdam. Puis il est parti lui aussi rejoindre les grands cheyennes du passé prolétarien. J’étais très triste le 26 septembre 2006. André Claisse était âgé de 88 ans. Militant de la classe ouvrière et de la révolution prolétarienne d’une longévité et lucidité exceptionnelle, son parcours pourrait paraître chaotique comme il l’écrivait en 2001 : « … par mon expérience de 37 ans de militantisme (il pouvait ajouter 20 ans) : stalinien, trotskiste, militant de la Gauche Communiste de France puis de la FFGC (noyau originel du bordiguisme en France), j’ai dû abandonner suite à une maladie grave (cancer). J’ai milité trois ans au CCI, j’ai pris trois ans de réflexion à cause de la paranoïa (celle du CCI) et je suis retourné au CCI jusqu’à ce que je rencontre les camarades du BIPR (actuel TCI). Je reproche au CCI d’être influencé par les communistes de conseil, d’avoir pris la période de 1968 et de 1980 en Pologne comme début de la Révolution ». Il quitte aussi peu après le BIPR (Bureau internationale pour le parti révolutionnaire) dont le nom de « bureau » ne lui plaisait pas beaucoup. Au terme de sa vie André ne voyait pas vraiment un groupe sortir du lot des sectes ni apte à reprendre la tradition de la Gauche Communiste, mais la création du parti mondial de la révolution resta son constant et ultime souci.
Cas unique en son genre du point de vue de l’engagement. Autant nous, la génération maximaliste – une brochette de sexagénaires dont nombre seront très bientôt septuagénaires voire gagas – sommes rangés des voitures ou voués à péricliter dans la solitude, ou à végéter dans deux ou trois cercles académistes – autant les hommes de la génération des Claisse et Chiric ne concevaient pas une vie humaine sans parti ou sans perspective de construction d’un parti. Il faut le faire : à 81 ans Goupil demanda à adhérer au CCI, deux ans plus tard à 83 ans au BIPR !!!
« Goupil » est pourtant tout à fait emblématique du marasme du milieu révolutionnaire maximaliste en ce début de XXIème siècle. Au siècle dernier nos plus chers révolutionnaires ont connu la planète sans visa, meurtres, déportations ou même pire l’oubli. La domination capitaliste sur les consciences est telle que discussions, rencontres, unifications, manifestations réelles de solidarité, etc., semblent devenus impossibles ou du rayon de l’utopie. Mais il a hérité du passé une intelligence politique et une faculté de ne pas se faire avoir par des organisations fossiles petites bourgeoises, qui apparaissent à chacun de ses écrits, même une simple prise de position banale sur l’actualité. Son intelligence ne perdit jamais son alacrité, qualité rare chez les pachydermes d’un militantisme de secte. On ne la lui faisait pas. Il décelait le futur bureaucrate sous le militant faiseur de morale.
Voici comment je commençais sa bio, reprise par une certain nombre de sites éclairés :
André Claisse, dit Goupil, est né le 16 juillet 1918 à Paris XIVème. Jeune ouvrier membre de la CGTU en 1933, il devient membre des Jeunesses communistes en 1934. Il est tout d’abord enthousiasmé par le Front populaire. Il devient ensuite cheminot. Fait prisonnier sur le front en 1940, il ne restera prisonnier que trois mois. L’armée allemande renvoyait chez eux en particulier trois catégories de travailleurs indispensables à l’économie du pays : les cheminots, les postiers et les infirmiers. André est ensuite gardien de passage à niveau. A cette époque il rencontre Pierre Bois qui avait été sur les mêmes bancs de l’école. Il devient militant trotskiste à l’Union communiste et fait la connaissance de Barta, qui avait un certain charisme d’autant qu’il avait rompu avec le trotskysme officiel. L’U.C. l’envoie travailler ("faire de l’agit-prop") chez Citroën. Il n’y restera que six mois, menant une intervention par tract. Puis il ira s’embaucher à la Radiotechnique à Suresnes. "Goupil" est surtout connu dans le milieu révolutionnaire pour son implication dans la grève Renault de 1947 qui servit de prétexte aux faux communistes pour se retirer du "gouvernement de collaboration de classes". Journalistes superficiels et petits plumitifs gauchistes se sont surtout focalisés sur Pierre Bois. Or, André Claisse était déjà sur des positions bien plus claires politiquement d’indépendance de classe du prolétariat. Lors de cette grève, dont il n’est pas au début l’initiateur, il n’est pas enthousiaste à l’idée d’engager un combat d’envergure dans la difficile période de reconstruction. Il sera un court moment membre du comité de grève mené par la petite poignée de trotskystes de l’U.C. dont il est encore membre. Mais rapidement, il ne veut plus participer à ce comité à cause de ses divergences sur l’orientation de la grève. (lire la suite sur le site Smolny ou sur le site de Tendance Communiste Internationaliste)
Pour commencer la future année je me contenterai aujourd’hui de vous livrer deux courts textes où il écrit avec des phrases et des hésitations malignes (qui sont prises pour de la modestie par les intellectuels gros nazes du CCI, qui de plus ne pigent que pouic à ses allusions pertinentes) sans jamais se mettre à plat ventre comme tant de jeunes candidats face à « l’orga », et résonne, ce qui fait son charme, la tonalité de l’ouvrier des années 30 si bien incarnée par Jean Gabin, fort en gueule mais plus futé qu’il n’y paraît ; les maladresses de formulation atteste que « l’ouvrier » Goupil a été formé par les intellectuels révolutionnaires des années 30 et 40 du siècle nous précédant . Le premier écrit en interne lors de la réception in Paris intra muros section RI contient des idées claires et massues pour sortir de la secte, et les destinataires, paranoïaques confirmas », n’y comprennent rien. Le suivant s’interroge sur le bluff des vieilleries syndicalistes de l’ancien BIPR.
SUR MON ADHESION AU CCI (3 juillet 1999)
Chers camarades,

Mon adhésion au CCI a été basée, disons pour être simple et compris, sur la dernière page de RI : « Nos positions ». Ce sont des termes généraux que je partage entièrement. L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes, par conséquent le rôle de révolutionnaires n’est pas de prendre le pouvoir à la place des travailleurs eux-mêmes. L’analyse faite par le CCI sur les difficultés rencontrées par les bolcheviques, est une analyse exacte et profonde, elle correspond à ce que, instinctivement, j’avais ressenti et elle doit servir d’expérience au prolétariat pour l’avenir de l’humanité.
Cependant, la dégénérescence du mouvement ouvrier et la période de domination bourgeoise qui s’en est suivie, a marqué un recul sur la capacité des luttes autonomes des prolétaires. Bien sûr, il y a eu des mouvements d’autonomie des travailleurs comme Mai 68 par exemple, et d’autres mouvements que le CCI a démontrés dans sa presse. Cependant l’immédiat de la classe ouvrière est la défense de ses conditions de vie, des conditions de travail, la riposte que la classe ouvrière a manifesté en chaque occasion pour son salaire, son travail, ses conditions de vie, sont pour l’instant, des intérêts justes catégoriels, et ne correspondent pas, d’après moi, pour l’instant à son intérêt historique, à savoir la destruction de l’Etat bourgeois. Les prolétaires dans une certaine mesure ont peur de s’engager dans de véritables conflits, peur de perdre leur travail, peur du chômage et bien souvent dans le rejet de l’individualisme du marais pour l’instant. C’est pourquoi, en plus de l’encadrement des centrales syndicales de tout acabit et catégorielles et d’autres cas – finalement les centrales sont toutes des centrales catégorielles – défendant, si j’ose dire, des positions particulières et indépendantes des positions de classe.
C’est pourquoi, autant je suis d’accord avec les positions fondamentales du CCI, autant je mets des réserves sur la formulation du texte de la première page de RI. La lutte de classe dans le sens dit par le texte, je dirais, moi, par exemple :
1°) seule la lutte unie des travailleurs et indépendante des organes qui soutiennent le gouvernement (syndicat et parti politique) nous fera reprendre le chemin de la lutte de classe et pourra répondre à la barbarie guerrière du capitalisme.
2°) je donne cela comme exemple, il me semble, peut-être à tort d’ailleurs, que les formulations des textes de RI ne sont pas suffisamment accrocheuses, suffisamment marquantes pour la compréhension des prolétaires actuellement. J’ai constaté que le CCI reconnait que notre influence est pratiquement nulle dans la classe ouvrière. La faiblesse des deux réunions publiques démontre le niveau d’influence en France. Il est vrai que ce sujet ayant été traité dans le journal, dans le tract, peut-être que les contacts n’ont pas jugé utile de se déplacer pour un problème déjà suffisamment décrit. Néanmoins c’est un sujet de réflexion. Je ne veux pas répéter ce que j’ai signalé sur l’anticipation de l’engagement terrestre au Kosovo qui finalement ne va pas avoir lieu dans les conditions que nous pensions.
Dans le même sujet sur la guerre du Golfe, RI de janvier 99. Le titre de l’article : « Le capitalisme c’est la guerre, guerre au capitalisme », même titre pour avril 99. Pour moi et à mon sens, ce sont des formules qui ont du mal à être comprises par les ouvriers. Il me semble que si l’on avait titré : « Une fois de plus le capitalisme ne peut qu’apporter la guerre, le chômage »… Voilà ce que la classe ouvrière doit comprendre pour sortir du marasme actuel ; ensuite développer sur ces thèmes dans le sens des articles qui sont écrits. Pourquoi cela ? Parce que le niveau de conscience de la classe ouvrière est malheureusement faible. C’est mon point de vue.
Un autre sujet me préoccupe. Les critiques formulées à l’encontre du trotskysme. Ayant été trotskiste moi-même avant d’être avec les bordiguistes, je pense qu’il serait bon de faire la critique des appareils faisant comprendre que les adhérents sont trompés et il faut développer sur les mots d’ordre des dirigeants trotskistes. Par exemple : contrôle ouvrier, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes avec des exemples à l’appui. Est-ce que ce mot d’ordre a contribué à faire prendre conscience au prolétariat, partout où cela a été obtenu ? Pasqua étant lui aussi pour l’autodétermination des Kosovars, etc… Ce sont des mots d’ordre dépassés par les conditions historiques. Ils étaient valables avant la décadence du capitalisme. Déjà Trotski lui-même avait fait des réserves à ce sujet au moment de la révolution chinoise (mais l’Algérie, etc.). Aujourd’hui les verts sont des gens à combattre également. Ce sont, eux aussi, des gestionnaires du système, un produit de la dégénérescence du mouvement ouvrier.
Sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, plus nous aurons de difficultés à vendre notre presse, c’est du moins ce que j’ai compris, plus les titres des articles sont grands. Les Belges sont modestes avec les titres d’Internationalisme. Ne prenez pas trop cela au sérieux…
Il est vrai que la capitalisme n’a pas pour l’heure la possibilité de faire une guerre comme en 1938, néanmoins toutes les guerres qui se développent peuvent aussi entraîner la destruction de l’humanité. La guerre au Kosovo a éclipsé le conflit éventuel entre le Pakistan et l’Inde. Echec des négociations paraît-il !
C’est bien vrai qu’il faut mener notre politique d’une façon conséquente en faisant le maximum pour se faire comprendre. Il ne faut pas hésiter à défendre nos positions par exemple. Au « Prolétaire », je parle du journal), qui disait notamment que notre positions était une position complètement erronée, celle de la décadence du capitalisme. Qu’ils disent pourquoi !
J’adresserai une critique aux camarades. Pour moi le manque de concret dans les discussions ou les rapports des camarades, les exemples. Un camarade a dit : ils ont peur du CCI. Je pose la question : pourquoi ? Je ne comprends pas. D’autre part, j’ai appris avec bonheur, qu’à Zurich il y a eu 25 personnes à la réunion publique sur le Kosovo. J’aimerais savoir d’abord : quelle est la composition du groupe en Suisse ? Sont-ils nombreux ? Ont-ils plus de contact avec le monde du travail ? Les présents sont-ils des espoirs pour la section suisse ?
Une chose aussi me préoccupe, il y a un camarade canadien qui, à une permanence à Paris, semblait lui aussi adopter les positions du CCI puisque lui-même les expliquait à un autre camarade qui cherchait à bien comprendre (cette dame qui parlait d’ATAC). Or il paraît qu’il se serait rapproché de Battaglia Comunista. Il serait bien de savoir pourquoi sa prise de position ? Que moi je ne comprenne pas du tout, c’est relatif vu l’âge que j’ai, je ne suis plus d’une grande utilité pratique mais il faut espérer pour le CCI, pour le prolétariat, qu’un jour viendront des jeunes. Il faudra bien se faire comprendre.
Une autre chose à dire aussi, à parler des problèmes pratiques d’une façon assez longue dans les réunions avec quelques fois des rappels à l’ordre pour les finances et sur les comptes rendus exacts, il n’y a pratiquement plus le temps pour parler de problèmes de l’actualité politique du moment. A moins que cela ne se fasse dans d’autres lieux… (sic ! JLR). Si un jour vous avez des jeunes camarades… Et là, je vais sans doute dire une chose qui ne contribuera pas à me faire des amis ! J’ai fréquenté de nombreuses réunions politiques, un peu dans tous les groupes et je n’avais jamais remarqué cette attitude de convivialité où l’on va fumer de petites cigarettes même à la fenêtre. Dans une réunion de section ou encore entre amis cela peut se faire … mais dans une réunion publique où il viendra des jeunes, des inconnus, cela me paraît en fait nouveau pour moi…
Sur l’appel du CCI aux internationalistes. Je ne pense pas qu’il soit bon de dire que nous sommes prêts à faire des concessions pour ce but, cela pourrait laisser entendre que nous sommes faibles. C’est à réfléchir.
REFLEXIONS SUR L’ARTICLE DE MAURO (Paris, 22 avril 2001)
A propos du titre « La nouvelle Internationale sera le parti de demain ». Au départ on peut mal comprendre le titre. La lecture plus complète de l’article dissipe cette confusion. Je laisse de côté les critiques faites au CCI et aux bordiguistes, organisations avec lesquelles j’ai rompu pour les mêmes raisons qui sont définies dans l’article. Par contre mon opposition repose dans ses définitions d’homogénéité et de non homogénéité. Pour avoir le droit d’adhérer à l’organisation du BIPR, il est défini que chaque groupe ou noyau doit se débrouiller chacun de son côté (même sur le plan national). Et lorsque le BIPR aurait vérifié les capacités de chaque groupe ou noyau, ils seraient admis ou non au BIPR. C’est pour moi une erreur car pour faire progresser chaque groupe ou noyau, on doit être appuyé par des organisations plus solides qu’elles s’appellent le BIPR ou autre. La centralisation doit se faire par tous et pour tous les groupes ainsi que les rapports sur l’organisation et les groupes qui doivent être fait plus régulièrement. Des garanties formelles comme semble s’en prémunir le BIPR, il n’en existe pas. Pour l’heure, quel est le groupe qui peut prétendre représenter le prolétariat dans sa mission historique ? Personnellement le me refuse à accepter d’être membre sympathisant avant d’avoir le droit d’être considéré comme un militant d’une organisation révolutionnaire, internationale et mondiale. Quant à la négation faite aux autres groupes qui, malgré leurs erreurs sont des internationalistes (autres que trotskistes), cela me paraît un peu fort. Sur les critiques formulées par le CCI sur la Guerre d’Espagne, sans doute étaient-elles maladroites de leur part. Néanmoins, à mon sens, il faudrait comprendre qu’on ne peut lutter contre le fascisme sans combattre le capitalisme d’une manière générale. J’aimerais connaître les publications « Le Quaderni : Internationaliste N°1 » plus « Battaglia N°6 » et quelques tracts à ce sujet.
Deux articles publiés dans une brochure (Les abstractions du CCI) qui parle du syndicat et du parlementarisme ont des positions qui me paraissent singulières. Les travailleurs ne sont pas forcément dans les syndicats (même en cas de grève). Je vois mal comment il est possible d’expliquer aux travailleurs qui sont dans les syndicats que ceux-ci (les syndicats) sont des ennemis du prolétariat et qu’ils les renforcent (les travailleurs) par leur présence.
A PROPOS DU PARLEMENTARISME
Quand une situation révolutionnaire se présentera, elle aura pour tâche de détruire le parlement bourgeois. Comment peut-on dire qu’on aurait besoin du parlement pour amplifier le mouvement ? Bordiga, dans la période révolutionnaire, avait fait le contraire.
Le manque de centralisme ne permet pas de comprendre ce qu’il se passe dans les autres groupes, notamment au Canada où il n’y a plus de publication depuis l’automne 2000.


mardi 25 décembre 2012

L’ECONOMIE DU CAPITALISME AURA-T-ELLE LES MOTS DE LA FIN ?


L’ECONOMIE CAPITALISTE AURA-T-ELLE LES MAUX DE LA FAIM ?



Le bilan de l’année qui se termine n’annonce rien de bon. Le prolétariat, toujours rendu opaque derrière la tohu-bohu de l’actualité, les drames, les faits divers, l’occupation politique du terrain médiatique par le chœur des politiciens, apparaît toujours comme l’idiot international qui ne comprend rien à l’économie et qui n’est même plus capable d’opposer à la gabegie capitaliste une autre gestion possible ? ni nationalisations surannées ni gouvernement mondial prolétarien apte à centraliser et redéfinir les besoins humains pour l’ensemble de l’humanité. On se console avec deux événements importants pour l’épilogue. Les émeutes en Inde contre la pratique du viol couverte par la justice de classe. Et le référendum minable de la clique islamiste en Egypte : 70% d’abstention pour un référendum de clown dictateur et 30%  présumés de participants… mais entachés de fraudes ! Les élections dites démocratiques taillées sur mesure pour l’islamomania font pschitt comme en France avec un Tapis (Bernard) qui achète la presse provençale pour s’offrir la mairie de Marseille. Une occasion pour revoir Citizen Kane du génial Orson Welles. Chaque nouvelle élection « démocratique » confirme que le système représentatif bourgeois est définitivement truqué et pourri par l’argent. Et qu’il faut être soit vraiment con soit un bailleur du système pour y participer, en pensant éviter le « fâchisme » ou adouber la misère pour ceux qui en vivent.
L’élection « exemplaire » pour les bigots nationalistes de Tunisie et d’Egypte, vire au cauchemar et ridiculise si vite les nouveaux occupants du pouvoir bourgeois, qu’on est bien obligé de constater que la crise politique s’installe avant une crise sociale qui se fait toujours attendre de l’autre côté de la Méditerranée. Le prolétariat en Europe qui se précipite, même à crédit, pour bâfrer et s’oublier le temps des festivités consuméristes – jamais les étalages de supermarché n’ont été autant pillés pacifiquement – se rend-il  compte qu’il vit la fin d’un monde au ralenti ; et ce n’est pas une blague comme celle du village de Bugarach.
Comme toujours la vérité se niche quelque part dans l’économie malade du capitalisme :
• Le chômage a doublé en Europe du Sud et aux USA, contrairement aux statistiques que l’on soumet aux prolétariats. Non seulement la durée et le montant de l’indemnisation sont trois fois inférieurs à ce qu’ils sont ici, mais lorsque le demandeur d’emploi arrive en fin de droits, il sort des statistiques (il est éjecté même de la population active).
• aux USA, 30 % de la population est tombée sous le seuil de pauvreté (5 % ici). Le soir, dans les grandes villes, on ouvre les gymnases pour servir « la soupe populaire ». Le nombre de personnes éligibles aux bons de nourriture augmente de plus d’un demi-million chaque mois. 8 millions de familles ont déjà perdu leur maison. La Banque Mondiale vient même de constater que le système de santé américain est devenu moins efficace en termes de mortalité infantile que celui de la Biélorussie ou de la Malaisie.
L’Europe est en récession, et Hollande a menti comme un rossignol avec sa lyre de la croissance en guise de promesse électorale (il n’aura servi qu’à nous débarrasser  d’un agité du bonnet). Les États-Unis pourraient générer (selon les chiffres officiels) une croissance de 2 points l’année prochaine, mais en réalité, leur endettement progresse cinq fois plus vite que leur PIB, alors que les américains ont déjà des dettes abyssales (55 000 milliards de dollars : ils doivent plus d’argent que la valeur totale des entreprises cotées dans le monde). Enfin, la croissance des pays émergents se réduit au point qu’ils ne pourront plus aider les pays riches comme hier. Ils doivent désormais financer la création de leur propre middle-classe et développer leur marché intérieur afin de moins dépendre des exportations.
La situation est explosive car (en Europe et encore davantage dans le monde anglo-saxon) elle porte en elle tous les ferments d’une nouvelle crise majeure, plus comparable à celle de 1929 qu’à celle de 2008, avec une forte probabilité de faillites bancaires et de compagnies d’assurance. Les États bourgeois  le savent si bien que l’essentiel du temps de travail lors des quatre derniers sommets européens a été consacré au sauvetage des banques (d’où la création de "l’union bancaire"). Les premières faillites ont déjà commencé et ce phénomène pourrait fortement s’accélérer, avec comme toile de fonds d’une part, la crise des dettes souveraines qui impacte massivement les établissements financiers, et d’autre part, pas tellement la désillusion qui viendra des USA dans les mois à venir pour les boursicoteurs et profiteurs, mais une plus grande désillusion des prolétariats face à un système politique truqué qui empêche toute expression politique de la classe révolutionnaire dominante au milieu des classes inférieures paupérisées. Puisse cette  désillusion accélérée du nord au sud et d’ouest en est, favoriser l’émergence de luttes exemplaires internationalistes,  échappant au clocher de village syndical et aux politiques d’autruche nationale. Auquel cas 2013 ne devrait pas porter bonheur à la bourgeoisie.